PORTRAIT DU MINISTRE CALIXTE NGANONGO

Silhouette imposante, regard direct derrière ses lunettes vues claires, le ministre congolais des Finances, du Budget et du Portefeuille public, Monsieur Calixte NGANONGO, est un adepte de la doctrine cartésienne. A la vérité, il fait partie de la galaxie rarissime des hauts cadres et experts congolais intègres et surtout obsédés par l’intérêt général.

Diplômé en Comptabilité et Finances de l’université Jean Moulin de Lyon III, sise Quai Claude Bernard, en France, le ministre Calixte NGANONGO commence sa carrière professionnelle à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) de 1990 à 1997. Il occupe tour à tour les fonctions de responsable des Services de recouvrements ; Inspecteur de Sécurité sociale ; Agent comptable du Fonds de dépôts et de garanties. Ce fonds est destiné à la gestion des provisions pour abandons des sites pétroliers.

A la création de la Société Nationale des Pétroles du Congo (SNPC) en 1998, il est nommé Chef du département des Finances et de la Comptabilité. Avec la refonte des Statuts de la SNPC décidée en conseil des ministres et rendue publique par décret présidentiel, daté du 21 août 2010, Calixte NGANONGO est promu membre du nouveau directoire. Il occupe les fonctions de Directeur Général adjoint chargé des Finances et de la Comptabilité du géant pétrolier congolais qui contribue à hauteur de 80% au budget de l’Etat.

Il se veut, avant tout, un homme de mission ayant toujours souhaité servir loyalement son pays. Aujourd’hui, le destin lui a encore souri. Il occupe, depuis le 30 d’avril 2016, le prestigieux et surtout le très convoité fauteuil de Ministre des Finances, du Budget et du Portefeuille public.

Partisan de l’orthodoxie financière, ce père de famille, simple et tranquille, est aussi un grand sportif. Ancien international des Diables-Rouges Volley-ball, dont il a porté le brassard de capitaine, il est devenu par la suite entraîneur puis Directeur technique national.

Promu autorité monétaire de son pays, Il se définit comme un Commis au service de l’Etat. C’est pour toutes ces qualités qu’il jouit d’une grande considération dans l’opinion et dans les milieux de la haute finance.

Dans l’imaginaire d’une frange importante de ses compatriotes, l’homme est reconnu très rigoureux dans le travail.

 

Par Adrien WAYI-LEWY